La Vrille du chat

/photos/2019-la-vrille-du-chat-3-©-back-pocket.png

Que se passerait-il si le temps était élastique ? Si un même événement pouvait se répéter plusieurs fois, rebattant les cartes du passé recomposé et du futur antérieur ? À partir d’une scène banale en apparence – quelques minutes dans une vie de bureau –, le jeune collectif Back Pocket va s’employer à tordre les horloges, le sens commun et la gravité. Imaginez un groupe d’employés qui, dans leurs gestes quotidiens, seraient soudain exposés à la touche Pause, Rewind et Fast Forward de la télécommande, manipulés par un Chronos survitaminé. Tout à la fois enfants de Jacques Tati (pour la comédie muette et moderniste) et de la NASA (pour la capacité à défier le champ gravitationnel), les cinq acrobates bâtissent une partition virtuose qui se suit avec la légèreté au cœur et le plaisir comme moteur.

 

Basé à Bruxelles, Back Pocket illustre bien ce qu’est le cirque contemporain aujourd’hui : un flamboyant alliage de nationalités et de virtuosité, bien décidé à en découdre avec la narration par le geste. Formés pour certains à l’Esac (Ecole Supérieure des Arts du Cirque de Bruxelles), ses membres viennent de France, des États-Unis et du Royaume-Uni. L’originalité de leur propos tient dans la volonté de se passer des agrès habituels du cirque. Tout repose donc sur les corps : Dominic Cruz, Devin Henderson, Michael Hottier, Maya Kesselman et Aurélien Oudot ne s’arrêtent jamais, épatants de disponibilité tout-terrain, tant en main-à-main pour la voltige de groupe qu’en contorsion et en acroportés. Ludique, l’espace de jeu mérite bien son nom : Goury, le scénographe de Yoann Bourgeois, a bâti dans le fer et le bois un mur transformiste, qui devient tour à tour escalier sans fin, maison de fable où les fenêtres cachent des surprises,… Dans ce grand mélange du temps, ne cherchez pas midi à quatorze heures ! Le grand (re)mixeur dans lequel passe la logique chronologique cherche avant tout un effet rafraîchissant et tonique – et le trouve joyeusement. L.A.

Mise en scène de Vincent Gomez et Philippe Vande Weghe.

Un spectacle de la Compagnie Back Pocket. Une production Les Halles de Schaerbeek et le Théâtre royal de Namur. Coproduction Le Carré Magique, pôle national des arts du cirque en Bretagne (Fr) – Fondazione, I Teatri (It) – Fondazione Piemonte dal Vivo (It) – Espace Malraux, scène nationale de Chambéry et de la Savoie (Fr) – La Coop asbl et Shelter Prod. Avec le soutien de l’Esac, de la Cascade, pôle national des arts du cirque (Fr) et du taxshelter.be, ING et du tax-shelter du gouvernement fédéral belge (Be).

Création au Théâtre royal de Namur.

Reprise du 8 au 20 juillet 2019 sur l’Île Piot à Avignon, les 21 et 22 novembre 2019 aux Halles de Schaerbeek, le 27 novembre au CC de Ciney. L.A.

One-shot !

/photos/2019-one-shot.png

Voilà qui s’appelle trancher dans le vif du sujet : « One Shot », au titre parfaitement explicite, ne laisse pas droit à l’erreur, puisqu’il combine le mât chinois et le lancer de haches. Au cirque, c’est bien connu, l’impossible n’est pas une limite : c’est justement au-delà de cette ligne que cela devient amusant. Alors, peut-on titiller un ami en lui balançant des tranchoirs dessus, comme on le chatouillerait – oh, juste pour l’ennuyer un peu ? Avec Maxime Dautremont et Foucauld Falguerolles, la réponse est oui, et le lancer de haches semble surtout destiné à mettre les points sur les « i » au sein d’une amusante relation entre deux merles un peu moqueurs.

 

Pour leur première collaboration, qui met la rue en joie où qu’elle passe, les deux circassiens ont décidé d’unir leurs compétences respectives, travaillées avec acharnement (et passion) depuis très longtemps. Foucauld Falguerolles, c’est l’expert du mât chinois, qu’il pratique avec une sorte de pince-sans-rire accrocheur. Maxime Dautremont (également cofondateur du Duo Gama) a décidé depuis plusieurs années d’allier jonglerie et bûcheronnage, en troquant ses quilles contre des haches. Dans « One Shot », ils font gentiment monter la pression : Maxime joue un peu de guitare électrique, pèle une pomme… puis joue avec son couteau. Ce Guillaume Tell cherche sa cible : ce sera Foucauld évidemment, volontaire désigné, mais pas victime consentante : tandis que la pression augmente (comme la taille des projectiles, canif, hachette, haches de formats de plus en plus effrayants), il se réfugie en haut de son mât, pour un ballet entre fraternité et coups dans le dos. Rassurez-vous, Foucauld a une grande planche de bois précisément accrochée dans le dos, pour éviter que la métaphore ne devienne trop littérale !

 

Taquin, potache, ce « One Shot » nous épingle par sa pointe de cynisme et son humour un peu noir. Autant de grains de sel et de poivre qui révèlent évidemment l’ingrédient principal : la belle complicité entre les deux artistes. Une connivence qui capte nos sourires et s’avère le beau fond de toute cette histoire. L.A.

 

Mise en scène de Benjamin De Matteis.

Un spectacle de la compagnie One-Shot. Avec le soutien de Centre des arts de la rue (Ath), La Roseraie, Destelheide, Centre culturel du Brabant Wallon, Woluculture, Espace Catastrophe. L.A.

Valhalla

/photos/2019-valhalla2_kenneth_rawlinson.png

Découvrir un spectacle de la Compagnie Petri Dish, c’est accepter de perdre ses repères habituels, tant narratifs que sensoriels. Langoureuses, interconnectées, les disciplines artistiques se mêlent pour forger un récit qui se comprend autant avec la peau qu’avec l’esprit. Cirque, danse contemporaine, art lyrique et arts plastiques forment le vocabulaire sans cesse recomposé d’Anna Nilsson et Sarah Lemaire, les deux têtes pensantes d’un plateau envisagé comme un laboratoire – le nom de la compagnie renvoie d’ailleurs à ces plateaux de culture cellulaire utilisés en sciences. Après  Expiry Date  (2013) et ses machines étonnantes (séries de dominos, sabliers géants) puis  Driften (2016) et son salon qui finissait envahi par une jungle de plantes, le duo livre avec  Valhalla  un nouveau tableau saisissant. Sur scène, un bateau ! Ou à tout le moins les éléments qui l’évoquent : un poste de vigie où l’on grimpe en mât chinois, un immense jeu de cordages où l’on s’accroche en cas de tempête… Car ici tout tangue. Les six marins de fortune (Joris Baltz, Thomas Dechaufour, Laura Laboureur, Carlo Massari, Anna Nilsson et Jef Stevens) roulent d’un côté à l’autre de la scène, comme si le vent les soulevait. Mais la météo n’est pas la seule à exercer ses caprices sur le groupe : ce qui gronde aussi, c’est la soif de pouvoir, symbolisée par un gant de cuir noir qu’on convoite, qu’on se vole et qui rend fou. Lumières, bande son, matières et ambiance olfactive concourent à un spectacle qui s’absorbe par tous les sens et s’autorise les coups de gouvernail les plus inattendus. L’équipe passe ainsi sans ciller d’une ambiance crépusculaire évoquant Rubens (pour un tableau de Piéta) à l’outrance à froufrou d’une comédie musicale à la Broadway. Une tornade qui ose l’audace et les paysages inexplorés.

Un spectacle de Petri Dish/ ISE asbl. Coproduction Le Groupe des 20 Théâtres en Île-de-France , Théâtre de la Balsamine, Centre Culturel du Brabant Wallon. Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, service du cirque, Kulturradet/Swedish Arts Council, Konstnärsnämnden - the Swedish Arts Grants Committee.

Création à Theater Op de Markt. L.A.