C'est ta vie

/photos/2022-CTV_Marie-Helene_Tercafs_2.png

Joyeuse claque théâtrale,  C'est ta vie de la Compagnie 3637, bouille d'arguments pour faire aimer le théâtre aux enfants et adolescents. Coralie Vanderlinden et Sophie Lismaux nous livrent à l’aide de figurines de papier, ou de leur corps entier, un portrait réel, sensible et envoûtant des fulgurances, des émois et désillusions de l’adolescence. Le tout en une vingtaine de tableaux mouvants comme les sables qu’elles traversent avant de s’y lover.

En fraîcheur, justesse et ressenti, les deux comédiennes racontent, avec une belle économie de moyens, dans ce décor évolutif de la cabine de douche à celle de la piscine en passant par la toile de plage rayée, les tracas qui accompagnent sans crier gare l’arrivée des seins. Oui, ce moment crucial et tant attendu dans la vie d’une fille, qui surgit ici à 8 h 02, un certain 2 septembre.

Louise explose intérieurement de joie, persuadée que tout le monde va le remarquer à l'instant même. Première déception. Elle devra encore attendre pour observer de réels changements, avec parfois des effets indésirables insoupçonnés. Tels ces hommes dans le métro, qui la regardent soudain "droit dans les seins". Ou Mathias, ce demi-frère tant aimé qui se met à la mater dans la salle de bains. Elle en perd l'innocence de l'enfance. Comment en parler à sa mère et à son beau-père ? Sera-t-elle crédible ? Vont-ils prendre les mesures adéquates ? Des questions subtiles qui montrent également les méandres du harcèlement. L.B.

Création collective de la Compagnie 3637, mise en scène par Baptiste Isaia.

En tournée dans les Centres culturels de la Fédération Wallonie Bruxelles entre octobre et décembre 2022. Création à Noël au Théâtre 2019, puis aux Rencontres théâtre jeune public 2021. Infos : Compagnie3637.be Reprise les 10, 11, 12 octobre 2022 au C.C de Verviers, le 14 octobre 2022 à 13e sens d’Obernai (FR – 67), les 18 et 19 octobre 2022 au C.C de Welkenraedt, le 10 novembre 2022 en Mayenne/Ligue 53 (FR – 53), les 15 et 16 novembre2022 au C.C de Colfontaine, le 18 novembre 2022 au C.C de St Ghislain, les 22 et 23 novembre à la Maison de la Culture de Marche-en Famenne, le 25 novembre 2022 à La Roseraie - Bruxelles, les 10, 11, 12, 13 janvier 2023 au C.C de Dinant, les 17,18, 19, 20, 21janvier 2023 au C.C de Tournai, les 24, 25, 26, 27 janvier à l’Athénée Paul Delvaux / Vilar – Ottignies (BE), le 3 février 2023 à l’espace Molière de Talange (FR-57), les 6 et 7 février 2023 à la Montagne Magique – Bruxelles, le 10 février 2023 à la FRMJC de Vrigne au bois (FR – 08), les 14, 15, 16 février 2023 à MCCS de Molenbeek – Bruxelles, les 2, 3,4, 6 et 7 mars 2023 en Haute Loire avec la FOL 43 (FR – 43), le 9 mars 2023 à Riom  (FR – 08), le 12, 13 mars au C.C d’Uccle – Bruxelles, les 15, 16 mars 2023 au C.C d’Andenne, les 27 et 28 mars 2023 au Festival Cep Party / Le Champilambart – Vallet (FR – 44), les 5, 6, 7 avril C.C de Stavelot – Trois-Ponts, les 13 et 14 avril 2023 au C.C de Leuze, les 16, 17, 18 avril 2023 au C.C de Namur, les 20, 21 avril 2023 au C.C de Herlaimont, les 23, 24, 25 avril 2023 au C.C de Waremme.

Mike

/photos/2022-MIKE©AliceKhol_BD-14.png

Danseur fétiche du Théâtre de l’Evni, Colin Jolet se lance ici dans un solo où la danse se mêle au jeu pour questionner cette recherche de soi propre à l’adolescence. Quel effet a le regard des autres sur soi ? Que laisse-t-on voir et que préfère-t-on dissimuler ? Le regard des autres nous enferme-t-il dans une norme ou sommes-nous libres d’être différents ? Sommes-nous ce que l’on rêverait d’être ou ce que les autres nous renvoient ? Toutes ces questions ont aiguillonné Mike, spectacle tissé de beaucoup d’introspection mais aussi de rencontres avec des adolescents dans les écoles ou avec des artistes aux univers variés, de la musique à la danse, en passant par le cirque.

 

« J’aime les gens qui doutent », chantait Anne Sylvestre, qui pourrait être la marraine bienveillante d’une pièce qui fraie aussi du côté de Lady Gaga ou de Jacques Brel. Là où la plupart des spectacles pour adolescents font dans le bruit et la fureur, persuadés qu’il faut imiter leur monde speedé et ultra-connecté pour leur parler, Mike fait au contraire le pari de la douceur. « J’aime les gens qui passent moitié dans leurs godasses et moitié à côté », fredonnait encore Anne Sylvestre. Ce sont ces mêmes égarés, claudiquant entre tous les possibles qui leur sont donnés d’être, à qui Mike rend hommage. Avec cette touche pudique qui fait la marque de fabrique de l’Evni, cette façon de naviguer dans les interstices, sans rien asséner, mais en laissant simplement affleurer des mots, des états, des couleurs, des impressions, Colin Jolet se dévoile avec une puissante sincérité, comme un miroir tendu à nos propres abîmes. Tantôt star bling-bling du R’n’B, tantôt comédien assumant sa timidité, l’artiste s’adonne aussi à une séance de boxe où il semble lutter contre lui-même. Avec humour ou poésie, délicatesse ou fracas, il exorcise ce dilemme que nous vivons tous : habillés par tout ce que les autres projettent sur nous, il n’est pas facile de s’en dépouiller pour trouver ce qu’il reste dessous. Seul en scène éblouissant, Mike réconcilie les ados avec eux-mêmes, adoubant leur recherche d’identité et de reconnaissance. C.M.

« Mike » créé en août 2021 aux Rencontres de Théâtre Jeune Public de Huy. Toutes les dates sur www.evni.be.

Norman

/photos/2022-Norman-1024x580.png

Questionner les identités, les constructions sociales, les représentations familiales, les classifications du masculin et du féminin : voici quelques-unes des ambitions de ce spectacle jeune public audacieux, signé Marie Henry et Clément Thirion. L’histoire d’un petit garçon de sept ans qui aime porter des robes… Après le succès de Pink Boys and Old Ladies, le metteur en scène a poursuivi sur sa lancée en créant une forme « tous publics » à mi-chemin entre le théâtre et la danse, sur base du même fait divers : « J’ai voulu me concentrer sur la famille de ce garçon. Je voulais parler de la relation face à la différence. On fait tous des raccourcis mentaux, mais on peut prendre un peu de recul et y réfléchir, ne pas les accepter comme une fatalité. Quand il s’agit d’être hors norme, ce n’est pas l’individu qui pose question, c’est la norme ! » Choisissant d’aller à la rencontre de l’autre pour faire un pas vers ce qui peut paraître complexe ou « bizarre », la démarche de Clément Thirion est empreinte de la « cruauté tendre » du texte de Marie Henry. Une ode à la différence qui évite l’écueil des bons sentiments. A.D.

 

Clément Thirion, Marie Henry & kosmocompany

Création novembre 2021 – Mars/Mons arts de la scène 

Coproduction Mars/Mons arts de la scène, Pierre de Lune, Charleroi Danse, La Coop asbl