Leila Chaarani

/photos/2022-Leila_Chaarani.png

Riche saison pour Leïla Chaarani. D’abord en Charlotte, fugace impératrice du Mexique qui à travers les mots que lui prêtent Michèle Fabien reprend son histoire en main dans un duo scénique particulièrement intense mis en scène par Frédéric Dussenne. Ensuite dans le Phèdre(s), vision multiple du classique de Racine composée par Pauline d’Ollone, la jeune comédienne diplômée de l’IAD manie avec une conviction profonde au personnage d’Aricie, cible de l’amour interdit d’Hippolyte. Dans Qui a peur encore, d’Aurore Fattier, elle parvient aussi à tenir la dragée haute face au vieux couple que forment Claire Bodson et Koen De Sutter, incarnant un personnage nullement naïf et bien conscient des raisons qui l’ont poussé à être choisi. Leïla Chaarani aura à trois reprises transmis une émotion à fleur de peau, les pieds solidement plantés dans les planches qui lui réservent assurément un bel avenir. Même si la musique et la poésie l’occupent dans son duo Crolles qu’elle forme avec Amandine Chevigny. Qu’importe, sur scène elle est et sera. N.N.

  • Leila Chaarani

Dans Charlotte, de Michèle Fabien. Mise en scène de Frédéric Dussenne.

Une production de L'acteur et l'écrit soutenue par le Théâtre Poème, la COCOF, le Théâtre de la Vie, le Théâtre Marni, le Rideau de Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature et Arts² (École Supérieure des Arts à Mons).

Création au Théâtre Poème.

Dans Phèdre(s), de Pauline d’Ollone d’après Jean Racine.

Un spectacle de la Cie Les Étrangers et de La Servante en coproduction avec La Coop & Shelter Prod.

Création au Théâtre des Martyrs.

Et dans Qui a peur, de Tom Lanoye. Mise en scène d’Aurore Fattier.

Un spectacle de Solarium asbl en coproduction avec Dadanero, le Theatre Varia, La Coop asbl, Shelter Prod.

Création au Théâtre Varia.

Reprise du 7 au 28 juillet au Théâtre des Doms (Avignon) et les 19 et 20 août au Festival de Spa.

Khadim Fall

/photos/2022-FALL-Khadim.png

Passé par l'Esact/Conservatoire royal de Liège (master I, 2018-2019), titulaire d'une licence en métiers des arts et de la culture (Université Gaston Berger, Saint-Louis, Sénégal, 2014-2017), Khadim Fall a suivi la formation en arts scéniques et cinématographiques Fotti, le Centre d'arts nomade de Younouss Diallo. Entre Sénégal et Belgique, le jeune comédien s'est ainsi frotté aux savoir-faire de pédagogues aux divers ancrages dans la pratique artistique: Fabrice Murgia, Agnès Limbos, Thibaut Wenger, Dorcy Rugamba, Axel De Booseré, Pietro Varasso ou encore Karine Ponties. Autant de contaminations et d'inspirations pour celui qui tint le rôle principal de Xaar Yalla, de Younouss Diallo, pendant toute sa tournée en Afrique de l'Ouest.

Sous la direction d'Aurore Fattier dans Qui a peur, comédie corrosive de Tom Lanoye, Khadim forme avec Leila (Chaarani) le couple estampillé "jeunesse et diversité" qui auditionne devant Koen (de Sutter) et Claire (Bodson). Avec assez de souplesse pour se couler dans l'aventure et le vif tempérament qu'il faut pour tenir tête à ce sacré tandem de monstres désabusés, Khadim Fall inscrit sans l'imposer sa silhouette et son répondant sur les plateaux d'aujourd'hui et de demain. M.B.


 

  • Khadim Fall

  • Dans Qui a peur, de Tom Lanoye. Mise en scène d’Aurore Fattier.

    Un spectacle de Solarium asbl en coproduction avec Dadanero, le Theatre Varia, La Coop asbl, Shelter Prod.

    Création au Théâtre Varia.

    Reprise du 7 au 28 juillet au Théâtre des Doms (Avignon) et les 19 et 20 août au Festival de Spa.


     

     

Chloé Larrère

/photos/2022-Chloe_Larrere.png

Bac littéraire en poche, Chloé Larrère décroche une licence en lettres modernes à l'Université Paris III Sorbonne Nouvelle et suit un cycle de formation au Conservatoire du XIXe arrondissement. Puis c'est Bruxelles, l'Insas, la section Interprétation dramatique dont elle sort avec les compliments du jury en 2018.

Dès avant cela, la jeune femme fourmille de projets et aligne les expériences sur scène comme à l'écran.

En juillet 2021, sélectionnée pour la toute nouvelle Garden Party des Doms, elle y révèle son personnage d'aficionada d'Anderlecht revenue hanter le stade et revivre ad libitum le geste magnifique d'un prince du ballon rond. Ce baiser soufflé sera pour toi révèle non seulement une interprète d'une énergie débordante et touchante mais une plume aiguisée, sensible, dotée d'un joli sens de la dramaturgie. Autant de qualités qu'on retrouvera dans le rôle-titre de Saule, pieds nus dans les aiguilles, de La Berlue. Chloé Larrère y donne corps et voix, avec un naturel remarquable, aux failles et aux obstinations d'une ado en mal de père et de repères, qui vacille mais avance. Toujours son interprétation contient cette qualité vibratoire, rugueuse mais souple, qu'elle convoque derechef dans À ce qui manque, de Chloé Winkel. À nouveau les rives de l'enfance, une fragilité portée avec puissance, dans un registre où excelle sa finesse et qui pourtant ne saurait enfermer l'ampleur de son tempérament. M.B.


 

Ce baiser soufflé sera pour toi, Les Doms, Avignon, juillet 2021

Saule, pieds nus dans les aiguilles par La Berlue, Rencontres de Huy + Festival Turbulences

À ce qui manque, de Chloé Winkel, Océan Nord, mai 2022