Les yeux rouges

/photos/2022-Les_Yeux_rouges_4_Debby_Termonia.png

Ça commence souvent par un message presque anodin. Mais si vous répondez, le piège se referme. Un engrenage se met en marche qui finira par faire de la victime une accusée. Parce que l’expéditeur du message n’aime pas qu’on lui dise « non », qu’on le bloque ou qu’on le supprime de ses « amis ». Et parce que c’est un dangereux manipulateur. Pour Véronique Dumont, le travail fut double sur « Les Yeux Rouges ». D’abord adapter le roman de Myriam Leroy avec l’autrice elle-même, ensuite mettre en scène ce duel entre le harceleur joué par Vincent Lécuyer et la cyberharcelée campée par Isabelle Defossé. « Les Yeux Rouges » est conçu comme un match de boxe entre le vieux monde paternaliste qui pense avoir tous les droits et un monde nouveau dans lequel les femmes disent : « Ça suffit ». Si le spectacle est aussi (si pas plus) glaçant que le deuxième roman de l’écrivaine et journaliste belge, c’est sans doute que le théâtre donne un visage et une voix aux protagonistes alors que dans la réalité, les relations se font par messages et pseudos interposés. E.R.

  • Les Yeux rouges, de Véronique Dumont, d’après le roman de Myriam Leroy.

Un spectacle du Théâtre de Poche en coproduction avec l’Atelier Théâtre Jean Vilar, la Coop asbl et Shelter Prod.

Création au Théâtre de Poche.

Reprise les 6 et 7 octobre 2023 au Senghor (Etterbeek), le 12 octobre 2023 au CC de Verviers, le 20 octobre 2023 à la Maison de la Culture d’Arlon.

 

Mademoiselle Agnès

/photos/2022-MademoiselleAgnes_M-e-S-HubertAmiel.png

Un décor d’une grande classe et une distribution de choix pour écrin et relais de cette merveilleuse relecture du Misanthrope de Molière. Le talent qu’a la dramaturge allemande Rebekka Kricheldorf pour relire les classiques, on avait déjà pu y goûter avec Villa dolorosa, qui rejouait Les Trois Sœurs. Ici c’est au quadricentenaire Molière qu’elle s’attaque en faisant d’Agnès, une Alceste contemporaine. Le personnage qu’incarne France Bastoen avec toute la finesse caustique qui lui sied risque pourtant de perdre les êtres qui lui sont chers. Autour de l’actrice, une sacrée troupe (Daphné D’Heur, Fabrice Adde, Adrien Drumel, Stéphane Fenocchi, Félix Vannorenberghe, Gwendoline Gauthier et Chloé Winkel) recompose la comédie classique qui attaque en règle les arrogances du monde de l’art, en la sublimant d’une délicate peinture de mœurs. À la baguette de cette symphonie, un Philippe Sireuil dont on retrouve l’élégance visuelle et la précision du jeu de ses acteurs, jetant ici et là des ponts entre l’original et le « remix », rendant hommage, en cette année anniversaire, à l’éternité de maître Poquelin d’une belle manière. N.N.

  • Mademoiselle Agnès, de Rebekka Kricheldorf, mise en scène de Philippe Sireuil.

Un spectacle de La Servante en coproduction avec La Coop & Shelter Prod

Création au Théâtre des Martyrs.


 

Qui a peur

/photos/2022-QAP-Prunelle_Rulens.png

C’est chaque soir la même pièce. Littéralement pour Claire (Bodson) et Koen (De Sutter) qui depuis des années rejouent chaque soir Qui a peur de Virginia Woolf ?. L’électricité qui émane de l’œuvre d’Edward Albee a déteint sur leur couple, devenu la caricature de la paire d’artistes se préparant une maigre retraite, les dettes restant à éponger. Mais alors qu’elle pensait que c’était la dernière saison, son mari lui apprend qu’ils rencontrent ce soir-là, leurs futurs partenaires de scène pour une nouvelle série de représentations. Et d’exposer alors à ces deux vertes recrues (Khadim Fall et Leila Chaarani) le spectacle d’un théâtre désolé des rêves éteints. Dans ce « Qui a peur » venant secouer l’hypocrisie de la (parfois indispensable) politique culturelle des quotas, Aurore Fattier nous place visuellement et dramaturgiquement dans les coulisses d’un théâtre traversés par les enjeux de société, les grandes causes (la lutte contre le racisme, la parité, le transgénérationnel) se liant aux ambitions et faiblesses de chacun. Après avoir monté Shakespeare, Pinter, Bernhard, entre autres, la metteuse en scène trouve chez Tom Lanoye et sa langue gourmande matière à y appliquer sa formidable direction d’acteurs et son amour du jeu avec le plateau, cinquième acteur de ce drame cinglant. N.N.

  • Qui a peur, de Tom Lanoye. Mise en scène d’Aurore Fattier.

Un spectacle de Solarium asbl en coproduction avec Dadanero, le Theatre Varia, La Coop asbl, Shelter Prod.

Création au Théâtre Varia.

Reprise du 7 au 28 juillet au Théâtre des Doms (Avignon) et les 19 et 20 août au Festival de Spa.