Birthday

/photos/2022-Birthday_1_Debby_Termonia.png

Et si les hommes pouvaient porter et donner la vie ? Telle est la question qui fonde Birthday du dramaturge et scénariste anglo-australien Joe Penhall, créée en 2012 au Royal Court Theatre à Londres. Immense succès outre-Manche, Birthday a trouvé, en juin, au Théâtre de Poche, un écho en langue française grâce au travail de traduction et de mise en scène de la Franco-Canadienne Julie-Anne Roth (avec la complicité de son amie, l’actrice Marie Denarnaud). Le pitch? Ed (Eno Krojanker) et Lisa (Anabel Lopez) vont avoir un enfant. Comme Lisa, cadre dans une entreprise, est inondée de travail, ils ont décidé d’inverser les rôles : c’est Ed qui porte leur bébé. Sur le point d’accoucher, il vient d’arriver à l’hôpital : il est angoissé, grognon… Mais la sage-femme (Nancy Nkusi) et la gynécologue (Dominique Patuelli) sont débordées par les urgences médicales...

Sous son vernis très drôle, le texte de Penhall charrie de profonds questionnements philosophiques, éthiques, politiques et socio-économiques : l'égalité homme-femme ; le droit à la maternité/paternité ; les violences gynécologiques ; la déliquescence du système des soins de santé ; le racisme envers les soignants… Les quatre comédiens parviennent à conjuguer légèreté et gravité faisant de Birthday certes une comédie, mais une comédie qui vient bousculer les esprits. St.Bo.

  • Birthday, de Joe Penhall.

Mise en scène de Julie-Anne Roth.

Un spectacle du Théâtre de Poche, du Théâtre Royal de L’Ancre et de la Coop et Shelterprod.

Création au Théâtre de Poche.

Reprise du 12 au 14 octobre 2022 au Théâtre de l’Ancre (Charleroi) et le 20 octobre 2022 au CC de Verviers.


 

Kill Fiction

/photos/2022-KillFiction_69_VivienGhiron-lq.png

Tous les enfants ont pour jeu de « faire comme si… ». Et la joyeuse bande à la manœuvre de ce Kill Fiction l’a en quelque sorte transposé sur scène. Une pièce de grands gamins, fans de Clint Eastwood, de Sylvester Stallone, d’Arnold Schwarzenegger et de notre JCVD national, jouant les bras cassés du banditisme pour mieux remuer les clichés des films de série B. Et ça marche plutôt bien. La prise de recul est évidente et c’est le ton comique qui l’emporte. L’imagerie d’Épinal tourne à plein régime. Chaque échange de tirs amène son lot de sang giclant comme des fontaines de Versailles. Les flingues résonnent d’un bruitage buccal. La bande sur le plateau s’amuse à jouer gros. Le plaisir est partagé. Le pari est gagné. Auteur et metteur en scène, David Nobrega a retenu du stand-up un sens de la punchline et une construction précise de chaque personnage, tous des caricatures plus vraies que nature. La grossièreté du trait vient dégoupiller la grenade d’une certaine vision de la masculinité toxique. Toi le héros qui m’as fait rêver, toi à qui j’ai voulu ressembler, on a bien ri, mais c’est fini. Hasta la vista. N.N.

 

Écrit et mis en scène par David Nobrega. Créé au Théâtre de la Toison d’or, 1922.

Zaï Zaï

/photos/2022-Zai_Zai_4_FrancoisXavier_Cardon.jpg

Tiré de la célèbre bande dessinée de Fabcaro, le nouveau spectacle du collectif Mensuel brosse avec humour, le portrait d’une société dénuée de tout esprit critique. Au livre comme à la scène, « Zaï zaï » est un road-movie décapant. La situation de départ est simple ; un homme achète un poireau dans un supermarché. A la caisse, il s’aperçoit qu’il n’a pas sa carte de fidélité et tout se complique. Un agent de sécurité l’interpelle mais il parvient à prendre la fuite. Les médias s’emparent de l’histoire, multiplient les « éditions spéciales » et notre fugitif devient malgré lui, l’ennemi public à abattre ! Ce nouvel opus s’inscrit dans l’esprit des précédents spectacles du collectif Mensuel. Entouré par une foule d’instruments, le quintette rejoue les dialogues, interprète les musiques et les bruitages pendant que les images d’un roman-photo défilent à l'écran. A travers ce nouveau spectacle, le collectif Mensuel se jette toutes griffes dehors sur le phénomène de médiatisation qui transforme un évènement anodin en affaire d’État. Le ton est volontairement grotesque et irrévérencieux. Le résultat est jubilatoire. F.C

D’après la bande dessinée « ZAÏ ZAÏ ZAÏ ZAÏ » de Fabcaro I Adaptation Le Collectif Mensuel /Nicolas Ancion I Mise en scène Collectif Mensuel
Avec Sandrine Bergot, Philippe Lecrenier, Baptiste Isaïa, Quentin Halloy & Renaud Riga I Scénographie Claudine Maus I Création lumières et Régie Générale Manu Deck I Création sonore Johann Spitz I Création vidéo Juliette Achard I Photographies François-Xavier Cardon I Régie lumière et vidéo Nico Gilson | Une création du Collectif Mensuel en coproduction avec le Théâtre de Poche, le Théâtre de Liège et DCJ création. Avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement Fédéral de Belgique. En partenariat avec Arsenic 2. “Zaï ZaÏ Zaï Zaï” est édité par 6 pieds sous terre