Cédric Juliens

/photos/2019-cédric_juliens_rbph_01112_0004_beata_szparagowska.png Prix du meilleur espoir masculin en 2006-2007 pour Modèles vivants, Cédric Juliens retrouve, douze ans après, l'auteur et metteur en scène Régis Duqué, par ailleurs son ami de longue date, pour cette nomination. Comédien formé au Conservatoire de Bruxelles (classe de Pierre Laroche) et de Mons (classe de Frédéric Dussenne) après des études de lettres et de philosophie - et avant une licence en Études théâtrales à l'UCL -, Cédric Juliens est aussi metteur en scène et pédagogue, animant depuis vingt ans diverses formations en techniques d'acteur et recherches corporelles - recherches qui parfois sortent du cadre théâtral, d'ailleurs, pour l'univers des soignants notamment. Il enseigne également la dramaturgie et l'analyse de textes à Arts² à Mons. On le retrouve dans Les Voies sauvages, portant la parole et la pratique de l'alpiniste Dominique de Staercke. Corps, voix, regard habités par ces expériences de l'extrême. Il faut de l'humilité et de la précision, un professionnalisme aussi rigoureux qu'invisible pour porter ce récit entre quasi-poésie en vers libre et oralité brute, voire confidence. Cédric Juliens réussit avec brio - et une retenue de chaque instant - cet exercice de présence, cette mise en relief dans un dispositif qui évite toute illustration, toute figuration, pour se concentrer sur l'essentiel. M.Ba.

Un spectacle du Rideau de Bruxelles. Coproduction Poche - Genève. Avec le soutien de la Fondation Leenards.

Création au Rideau de Bruxelles.

Reprise du 16 au 21 septembre au Rideau de Bruxelles.

Hervé Piron

/photos/2019-herve_piron_beata_szparagowska.png

 

Ironique et désenchanté, il est un des protagonistes de l’indissociable quatuor de cowboys sans chevaux de Desperado. Dans Crâne, de Antoine Laubin et Thomas Depryck, d’après le roman de Patrick Declerck, il est un des trois narrateurs qui déroulent le parcours clinique et chirurgical d’Alexandre Nacht, alter ego de l’auteur, contraint de se faire ouvrir la boîte crânienne pour en ôter une tumeur au cerveau. Le comédien endosse le deuxième acte où il raconte dans le détail les délicates étapes de l’opération de chirurgie éveillée. De ce moment de vérité, où le patient peut passer l’arme à gauche, il fait un moment d’introspection et d’humour sardonique qu’il raconte sans affect avec un détachement amusé devant cette organisation sans faille qui laisse peu de place à l’humain. Né en 1974, Hervé Piron a d’abord obtenu une licence en Sciences Politiques à l’ULB avant de se consacrer à des études d’interprétation à l’Insas. Homme de collectif, il a fait partie du groupe TOC et a participé à un projet avec Transquinquennal avant de créer le duo Énervé avec Eno Krojanker. Également membre du collectif Rien de Spécial, il rassemble les deux structures pour le spectacle Rater mieux rater encore qu’il a mis en scène. Tournant épisodiquement au cinéma, il a fait cette année une apparition dans le film Emma Peeters où il joue le psy de la jeune actrice suicidaire. G.B

Un spectacle de Rien de Spécial, asbl et Tristero. Coproduction Rien de Spécial asbl, Théâtre Varia, Théâtre de l’Ancre, Tristero, La Coop asbl et Shelter Prod. Avec le soutien de taxshelter.be, ING et du tax-shelter du gouvernement fédéral belge.

Création au Théâtre Varia.

ET dans Crâne, d’Antoine Laubin d’après le roman éponyme de Patrick Declerck.

Un spectacle de De Facto. Coproduction Rideau de Bruxelles, La Coop asbl en partenariat avec le Théâtre Varia. Avec le soutien de Shelterprod, Taxshelter.be, ING, Tax Shelter du gouvernement fédéral belge. Avec l’aide du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre – CAPT.

Reprise du 5 au 27 juillet au Théâtre des Doms à Avignon. G.B.

Achille Ridolfi

/photos/2019-achille_ridolfi-giacinto-caponio.png

Dans les deux rôles qu’il a tenus cette saison sur scène, Achille Ridolfi a adoré jouer les maîtres à penser, les gourous, les coachs. Et on peut dire que le charisme induit par ses personnages a fonctionné sur nous, public. Dans Propaganda !, il endosse le parcours d’Edward Bernays, le père de la propagande institutionnelle et industrielle, publicitaire pour l’industrie du tabac et inventeur de la république bananière. Dans une esthétique de talk-show télévisé, mécanique au final subtile créée par le metteur en scène, il se confond dans le discours de son personnage, à la fois détaché et manipulateur. Glaçant anti-héros ! Comme Jean-Sébastien Smart, le personnage de son seul en scène Anti-héros (tiens donc !) qu’il présentait quelques mois plus tôt dans la petite salle du Théâtre de la toison d’or. Ce coach d’acteur à la perruque et à la pédanterie risibles revient sur ses succès et ses échecs lors d’un spectacle-conférence qui devient rapidement une comédie proche du stand-up et complice avec son public. Avec ce premier texte, le comédien, fin et humain, faisait un sacré clin d’œil à lui-même. Car point derrière le rire le parcours d’un acteur qui a enchaîné quelques castings pitoyables, révélant les coulisses peu reluisantes du cinéma. Les planches, elles, n’ont jamais trahi celui qui a joué sous la direction de Michel Dezoteux, de Mariano Pensotti, de Selma Alaoui et Pauline d’Ollone, entre autres. Lauréat du Magritte du meilleur espoir masculin pour son rôle dans Au nom du fils de Vincent Lannoo en 2014, Achille Ridolfi pourrait en septembre ajouter un nouveau prix à sa collection. N.N.

Mise en scène de Nathalie Uffner.

Un spectacle du Théâtre de la Toison d’or.

Création au Théâtre de la Toison d’or.

Dans Propaganda !, de Vincent Hennebicq

Un spectacle de la Cie Popi Jones. Coproduction Théâtre Les Tanneurs, La Coop asbl, Shelter Prod, Théâtre National Wallonie-Bruxelles. Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles Service du Théâtre (CAPT), taxshelter.be, ING & tax-shelter du gouvernement fédéral belge.

Création au Théâtre Les Tanneurs.

Reprise du 7 au 11 janvier 2020 au Théâtre national. N.N.