L'Ennemi

/L_ennemi.pngInspirée de l'excellent album jeunesse L'ennemi de Davide Cali et Serge Bloch (éditions Sarbacane), la mise en scène de Bernard Massuir rend parfaitement l'absurdité de la guerre dénoncée dans le livre et en respecte l'épure graphique. Plantés dans un décor d'une grande simplicité, Stephane Groyne et Thierry Boivin, qui jouent le non sense à merveille, s'observent du coin de l'oeil, répètent les mêmes gestes, s'interrogent et s'ennuient. Chacun se cache dans son trou et aimerait finalement savoir qui est l'autre, celui qui vit seul dans le trou, celui d'en face. Quelques incursions viennent rythmer le texte, inscrire le lazzi du temps qui passe, accélérer le mouvement et susciter le rire dans une scénographie d'une belle efficacité. Un casque, une mitraillette, une moustache en carton, et l'imaginaire est en marche. Elliptique, la mise en scène en deux dimensions traduit elle aussi l'esprit du livre et si la Grande Guerre a inspiré les auteurs, celles d'Irak ou d'ailleurs se nichent aussi dans cette adaptation libre qui n'est pas sans rappeler Dino Buzzati. L.B.

L'ennemi, MicMac Théâtre. Créé aux Rencontres Théâtre Jeune Public à Huy, Théâtre des Doms (Avignon). Reprise à Tournai, le 4/2/2012, à Namur le 6/5/2012

Le Bureau des Histoires

/Le_bureau_des_histoire.pngChacun se souvient du "Sos amitié" du Père Noël est une ordure. Le Bureau des Histoires, par le Théâtre du Tilleul répond lui aussi aux appels des désespérés. A ceux, en tout cas, qui veulent une histoire. Ce soir, c'est le millième appel. Carine Ermans, en tenue victorienne, cache difficilement sa joie. Carine, à la ville comme à la scène, mettra tout en oeuvre pour répondre à ses désirs. Pas du loup mais du blanc en revanche demande l'appelant qui échappera à « Croc blanc » au profit de "Il neige" de Uri Shilevitz, une des "nursery rhymes" dont s'est inspiré le Tilleul pour ce spectacle musicalement accompagné par le talentueux compositeur et interprète Alain Gilbert. Un bijou lové dans un papier peint défraîchi avec téléphone en bakélite sur vieux bureau. Spécialiste de l'ombre, le Tilleul mêle ici, dans une mise en scène millimétrée de Sabine Durand, diverses formes de figurines traditionnelles au mixage de vidéos en passant par les draps, la mise en abîme via un castelet ou l'aggrandissement projeté aux murs d'un univers noir et blanc qui peut-être se coloriera un jour. L.B.

Le Bureau des Histoires par le Théâtre du Tilleul. Le 3/12 au Foyer Culturel de Saint-Ghislain, le 27/11 à la Ferme de la Dîme à Waseige, au Théâtre Jean Vilar du 27 au 30 décembre 2011, à Tournai le 24/3/2012 .

Le Roi sans Royaume

/Le_Roi_sans_royaume.pngLorsqu'il est arrivé aux Rencontres de Huy, l'Agora théâtre, de la Communauté germanophone, a soufflé un vent nouveau sur le théâtre jeune public fancophone. De Princesse Trouillette aux Croisés, l'étonnement n'a cessé. En raison de la personnalité de Marcel Cremer, fondateur de la compagnie, auteur et metteur en scène. Grand défenseur du théâtre autobiographique, il mêlait volontiers politique et poésie. Marcel Cremer nous a quittés en novembre 2009. Le Roi sans royaume, mise en scène avec Fatma Girretz, est son testament artistique. Le roi s'éveille un beau matin en ayant tout perdu, tout sauf sa couronne qu'il avait oublié d'enlever avant de se coucher. Le voici donc parti, au gré du vent, à la recherche de son royaume et surtout de l'essentiel, sa chanson, dans une quête discrètement philosophique. En chemin, il croise un chat qui ne le quittera plus mais aussi d'étonnants douaniers, des saltimbanques, un jeune cerf vaniteux et d'étranges rameurs. Au coeur d'une scénographie circulaire, six comédiens vont, viennent, courent, dansent, chantent ou endossent la couronne. Théâtre complet, visuel et physique, Le Roi sans royaume est un vrai spectacle pour enfants, une pièce qui les considère à part entière et leur offre le plus beau. L.B.

Le Roi sans royaume par l'Agora Théâtre, à La montagne magique le 20/11, a Tournai, le 10/3/2012